Article 15

Publié le par jibix

coxigrunelles.jpgL'arbre à coxigrunelles

Classe:
coxigrunella
Ordre: septempunctata
Famille: coxigrunellidés

Les coxigrunelles comptent parmi les insectes les mieux connus, puisque d'une famille très voisine des coccinelles, à tel point que beaucoup les confondent. Elles sont d'ordinaires brillament colorées et ponctuées, avec un corps arrondi globuleux et de courtes antennes en massue. Si une minorité d'espèces sont phytophages, la majorité s'attaque aux pucerons et autres parasites. L'adulte peut engloutir jusqu'à 55 individus par heure, d'où l'important volume de déjections à proximité du territoire de sustentation.

Contrairement à sa cousine la coccinelle, la coxigrunelle est d'ordinaire tigrée sur sa carapace. Sa couleur change au fur et à mesure de sa croissance. D'un jaune pâle au moment du bourgeonnement, la bête mûrit et prend tour à tour une teinte orangée, puis rosée, et arrive enfin au rouge vif. Le support fleural, composé d'une triple pince blanchâtre, s'ouvre alors et laisse s'échapper l'animal qui part donc vivre sa vie très courte. Deux à trois jours après sa prise d'indépendance, la coxigrunelle, sentant venir la mort, se replit sur elle même et s'enterre dans la terre à quelques centimètres de la surface, et se transforme petit à petit en graine grâce aux réserves nutritionnelles accumulées. Elle poussera alors à un rythme lent, jusqu'à arriver à la maturité de l'arbre environ 20 ans plus tard, pouvant alors donner quelques bourgeons et perpétuant le cycle de vie.

Les ressources sont puisées dans le sol par capilarité et traverse les tiges qui font également office de feuilles pour la photosynthèse. Des excroissances pointues et acérées sont développées aléatoirement, et, recouvertes d'un puissant venin, empêchent les limaces et autres gastéropodes de venir dévorer les fruits. Les principaux prédateurs restent ainsi les oiseaux, attirés par la couleur du fruit proche de la maturité. Bien mal leur en prend, car la coxigrunelle est particulièrement peu digeste pour les volatiles et engendre des diarrhées hémoragiques, surtout quand l'oiseau malheureux survole un parking où est garé mon véhicule.
 

Population: nombreux
Catégorie: hors de danger

Publié dans Encyclopédie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
c'est trop mignon !
Répondre
Z
:o

ne me dis pas que le nom était copyrighté !!! :]
Répondre
M
c'est etonnant ... je crois que ça me rappel quelque chose... hummm
Répondre
Z
les coxigrunelles vont nous envahir. Préparez vous!
Répondre
F
Génial ^^
Répondre